Dans la série "internet nous rend t-il un peu plus con chaque jour ?", cet article chopé sur Slate.fr

pain

 

En août dernier, une jeune femme ouvre un compte intitulé «Bread Face» sur le réseau social de partage de photos et de vidéos Instagram. Dans sa petite bio, elle proposait,comme le rappelait le site Digg, de «donner aux gens quelque chose qu’ils n’avaient pas demandé». Et effectivement, quand on explore son compte, difficile de comprendre sa démarche. Dans chacune de ses vidéos, elle teste un pain différent, mais d’une manière un peu spéciale: en se roulant le visage dedans et avec de la musique en fond sonore. 

Ben oui les amis, internet et ses réseaux sociaux n'ont pas de limites. Vous pourriez vous aussi devenir une star du net en quelques clics.

Cela peut semble ridicule et vide de sens, mais la fascination reprend vite le dessus car sa démarche s’inscrit justement dans ce qui fait la beauté d’internet: l’absurde. En se roulant le visage dans le pain, elle interroge celui qui la regarde: pourquoi fait-elle ça? Pourquoi partager cette manie qui ressemble à un nouveau genre de fétichisme culinaire? Pourquoi les gens la suivent en masse? Pourquoi ai-je tout d’un coup enviec de plonge ma tête dans un le pain de campagne tout frais que je viens d’acheter ?

Ben voui ! C'est vrai ça ! Vous n'êtes pas fascinés vous ?

Repérée entre autres par Buzzfeed, elle a vite fait parler d’elle, compte désormais plus de 36.000 abonnés après seulement 24 tests et de nombreuses personnes copient déjà son étrange manie. Mais ses vidéos posaient beaucoup de questions sans donner réponses… jusqu’à aujourd’hui. Le très sérieux New York Times a décidé de lui consacrer un articlepour tenter de comprendre sa démarche. Basée à Brooklyn, la blogueuse est rédactrice le jour mais préfère rester anonyme.

 

Anonyme mais 36000 abonnés qui suivent religieusement ses écrasements faciaux à la mie de pain.

Explication ultime :

«Si je remplis un créneau jusque-là sexuellement vide pour quelqu’un, alors c’est génial. Je comprends. Je ne pense pas que ce soit bizarre, la nourriture est tactile est sexy, et l’on ne contrôle pas ce qui nous excite, tant que l’on ne fait pas d’excès. L’autre partie de moi se demande si quelqu’un aurait soulever cette question si je n’était pas une fille asiatique. Je veux dire… Je ne me pose pas vraiment la question, je connais la réponse.»

«J’aime la sensation que l’on a en le faisant! avait-elle également expliqué à Buzzfeed. Et je pensais que cela pourrait rendre quelqu’un heureux.»

La perversion ultime ? On vous fait confiance ami(e)s cafarnautes pour nous soumettre quelques idées de derrière les fagots.

CVPHhDaWIAEcNq6