La photo du jour : 

mary-ellen-mark-001-custom-6d3ad9b1015b1fb32fec633b836dcfe277ee5464-s800-c85

 

Explications complémentaires sur le site d'Inter

amanda

 

 

portrait saisissant de cette petite fille clope au bec, maquillage et faux ongles en sus

Elle s’appelle Amanda Marie Ellison (son nom de famille était Minton, au moment de la photo). Elle a aujourd’hui 34 ans et vit à Lenoir, en Caroline du Nord. Elle se souvient très bien de ce cliché :

"Je ne l’ai jamais oublié. Jamais de ma vie je n’ai pu l’oublier."

 Elle et la photographe avaient tissé un lien lors de plusieurs shooting photos, puis Amanda a perdu les coordonnées de Mary Ellen . Elle l’a cherchée pendant 25 ans, en vain. À la mort de la photographe, son cousin a posté l’image sur Facebook et a tagué Amanda :  « J’ai pleuré, pleuré… Parce que tout d’un coup, c’était là. » 

Et côté photographe alors ?

Mary Ellen Mark avait été envoyée dans la campagne de la Caroline du Nord pour le magazine Life, afin de réaliser un reportage sur les « enfants à problèmes ». Amanda en était une. « C’était ma préférée », expliquait Mary Ellen, dans Vogue en 1993.

"Elle était si mauvaise qu'elle était merveilleuse, elle était très vulgaire, elle était brillante."

La photographe a ajouté : « J’étais moi-même une sorte d’enfant à problèmes, j’étais émotive, sauvage, rebelle à l'école. Je suis très touchée par les enfants qui ne disposent pas d'avantages, ils sont beaucoup plus intéressants que les enfants qui ont tout. Ils ont beaucoup plus de passion et d'émotion et une très forte volonté

Le contexte : 

La petite fille sur la photo vivait à l’époque dans une résidence avec des logements à faibles loyers. Parmi les habitants, beaucoup de toxicomanes. Ce quartier était surnommé « Sin City ». C’est à ce moment-là qu’elle a commencé à fumer. « Je ne pouvais pas acheter de cigarettes. Si personne ne m’en donnait, alors oui je volais des paquets,» se souvient-elle. Deux ans après la photo, à l’âge de 11 ans, elle a été dans une famille d’accueil et plus tard, elle vivra dans des foyers. A 16 ans, elle développera une addiction aux drogues dures.

Et donc ? Echappe t-on vraiment à son destin ? C'est Amanda qui en parle le mieux :

« Quand elle est arrivée et qu’elle a pris ses photos, je me suis dit "hey, les gens vont me voir, je vais attirer l’attention, ça va peut-être changer des choses pour moi" », explique Amanda, pensant à l'époque qu’une personne allait voir ces images et venir la sauver.

Je pensais que ça pouvait être un moyen de m’en sortir, mais ça n'a pas été le cas.

Le quotidien d’Amanda, aujourd’hui adulte, est toujours tumultueux : elle a fait de la prison et dit être toujours « entourée de fous et de médicaments ». Mais sa vie s’est améliorée. Elle aurait adoré reparler à la « dame photographe ».

Ci-dessous, portrait de la photographe Mary Ellen Mark

dwf15-686952

 

Et bien sûr pour clore cet article, quelques clichés de celle qui captait si bien l'âme des laissés pour compte de la société américaine

mem1

 

mem2

 

mem3

 

mem4

 

mem5